Accompagnement nutritionnel : science à l’appui

Innovation et technologie
Perte de poids
Accompagnement nutritionnel : science à l’appui
FacebookFacebookFacebookFacebookShare

Les nouvelles lignes directrices canadiennes pour la gestion de l'obésité chez l'adulte recommandent une thérapie nutritionnelle individualisée dispensée par une diététiste-nutritionniste pour la perte de poids, mais également pour une amélioration de la qualité de vie et une réduction des risques de maladies cardiovasculaires (1). Des recommandations similaires sont émises par les dernières lignes directrices américaines pour la gestion de l'obésité pédiatrique, en mettant l’accent sur une fréquence élevée et régulière pour obtenir des résultats favorables (2). Voici un résumé de la littérature portant sur l'importance d'un accompagnement nutritionnel à long terme.

Gestion du poids chez l'adulte 

Une revue systématique publiée en 2023, regroupant 73 études dont 62 essais randomisés contrôlés, a démontré que les interventions menées par des nutritionnistes d’au moins 5 rencontres et sur une période minimale de 12 mois ont entraîné des améliorations significatives et plus favorables au niveau de la perte de poids, de la circonférence de la taille, des facteurs cardiométaboliques et de la qualité de vie chez les adultes vivant avec un surpoids ou une obésité que celle de plus courte durée (3). De manière intéressante, les rencontres en personne et en mode hybride ont montré des effets plus importants par rapport aux rencontres exclusivement en visioconférence (telehealth) pour plusieurs paramètres cardiométaboliques : la réduction de l’IMC, le tour de taille, la pression artérielle et la glycémie à jeun (3). Ces résultats soulignent l'efficacité des interventions menées par des nutritionnistes et suggèrent que la durée, la fréquence et le mode de l'accompagnement peuvent influencer les résultats.

Et pour les enfants et les adolescents?

Lorsqu'il s'agit d'interventions en gestion du poids pour les enfants et les adolescents en surpoids ou obèses, le temps d'interaction de l’accompagnement d’une nutritionniste joue un rôle crucial. Les interventions axées sur les habitudes de vie, dépassant un seuil de 26 heures de contact, montrent une efficacité notable dans le maintien ou la réduction du poids après 6 à 12 mois d’intervention (4). Les résultats indiquent également que le schéma dose-réponse s'applique à la réduction de l’IMC et aux mesures cardiométaboliques ainsi qu’à des améliorations de la pression artérielle dans les interventions offrant ≥52 heures de contact (4). Cependant, aucune amélioration statistiquement significative n'a été observée pour le profil lipidique, bien que certaines améliorations aient été constatées pour les mesures de l'insuline et du glucose. L'efficacité des interventions est fortement liée au nombre d'heures de contact estimées, soulignant l'importance de l'intensité des contacts pour obtenir des résultats positifs (4). De plus, aucun effet néfaste n'est rapporté chez les enfants et adolescents, par exemple sur les mesures des troubles alimentaires ou du mécontentement corporel, soulignant la sécurité de ces interventions (4).

Impact sur les mesures cardiométaboliques

Deux autres études soulignent aussi l'importance du soutien nutritionnel avec une nutritionniste seule ou dans le cadre d’une équipe interdisciplinaire pour la gestion des facteurs cardiométaboliques, montrant des améliorations significatives de la glycémie chez les adultes vivant avec le diabète de type 2 (5) et de la pression artérielle (5, 6). Un essai randomisé contrôlé incluant 187 adultes avait l’objectif de mesurer le changement de la pression artérielle systolique sur 24 heures après 12 semaines d’intervention entièrement à distance. L’intervention s’est faite à l’aide d’applications mobiles et consistait en des recommandations de l'American Heart Association sur un régime alimentaire sain et la participation à 180 minutes ou plus par semaine d'activité physique, avec ou sans le soutien additionnel d’une nutritionniste sous forme d’entretien motivationnel téléphonique chaque semaine (6). Les deux approches utilisant des applications mobiles (avec ou sans le soutien additionnel d’une nutritionniste) ont entraîné des réductions cliniquement significatives similaires (de -4,92 à -6,73 mm Hg) de la pression artérielle systolique sur 24 heures (6). Le groupe recevant un accompagnement additionnel avec une nutritionniste a également vu une amélioration de la pression artérielle pendant le sommeil et une augmentation de l'activité physique de manière plus importante (6). L'accompagnement hebdomadaire d’une nutritionniste avec thérapie digitale est favorable pour l’optimisation de la santé cardiométabolique. 

Le maintien des habitudes à long terme 

Deux études importantes apportent des éclairages sur les stratégies efficaces pour parvenir à un maintien du poids et des habitudes à long terme. La première, une revue systématique et méta-analyse basée sur 27 études cliniques impliquant 7236 adultes avec un IMC supérieur à 30 kg/m², indique que les interventions de 12 semaines et plus, liées au changement de mode de vie, restent efficaces pour entamer une perte de poids cliniquement significative (au minimum 5% du poids corporel initial) variant entre 4,88 kg  à 28 kg. En résumé, bien qu'une prise de poids ait débuté autour de 36 semaines, certains participants ont maintenu une perte de poids cliniquement significative (en moyenne 5.3% du poids initial) jusqu'à 160 semaines après la fin de l'intervention (7). Les résultats de leur méta-analyse ont démontré que les participants avec les résultats les plus favorables à long terme avaient reçu une intervention nutritionnelle, avec ou sans exercice physique, d’une durée de 12 semaines, et étaient accompagnés d’une nutritionniste durant la phase de perte de poids et durant la phase de maintien du poids. De plus, les participants avaient un contact régulier d’au moins une fois par mois avec la nutritionniste (7).

 

Une autre revue systématique, basée sur 21 articles et incluant 62 565 adultes, évalue la capacité des participant à apporter des changements à leur alimentation, tels que la diminution de la consommation de gras ainsi que l’augmentation de la consommation de fruits et légumes et de fibres alimentaires, et à les maintenir pendant au moins 12 mois (8). Selon ses résultats, les études qui fournissent un soutien plus intense et fréquent aux participants favorisent le maintien des changements alimentaires (8). Notamment, l'essai démontrant le plus de succès parmi cette revue exigeait une intervention intensive de 69 contacts sur quatre ans, incluant 19 séances individuelles avec une nutritionniste, 14 séances de groupe et 36 appels téléphoniques répartis à intervalles réguliers (9). Ces études mettent en lumière qu’un accompagnement fréquent est la clé d’un maintien des habitudes alimentaires à long terme.

Quoi retenir?   

Les interventions basées sur les changements d’habitudes alimentaires, incluant celles axées sur la perte de poids, avec un contact intensif, montrent des résultats prometteurs, notamment chez les adultes, les adolescents et les enfants. La relation entre les heures de contact et la taille de l'effet souligne l'importance d'une approche personnalisée et régulière à travers la phase de changement des comportements alimentaires ainsi que celle du maintien du nouveau comportement. Il est crucial de reconnaître que l'investissement en temps dans ces interventions est une clé pour des résultats durables. Consultez un(e) nutritionniste d'ÉquipeNutrition pour un accompagnement optimal et une réussite à long terme pour vos patients-clients. 

 

  1. Brown J, Clarke C, Johnson Stoklossa C, Sievenpiper J. Canadian Adult Obesity Clinical Practice Guidelines: Medical Nutrition Therapy in Obesity Management. Available from: https://obesitycanada.ca/guidelines/nutrition. Accessed [January 2024]. 
  2. Hampl, S. E., Hassink, S. G., Skinner, A. C., Armstrong, S. C., Barlow, S. E., Bolling, C. F., ... & Okechukwu, K. (2023). Clinical practice guideline for the evaluation and treatment of children and adolescents with obesity. Pediatrics, 151(2), e2022060640.
  3. Morgan-Bathke, M., Baxter, S. D., Halliday, T. M., Lynch, A., Malik, N., Raynor, H. A., ... & Rozga, M. (2022). Weight Management Interventions Provided by a Dietitian for Adults with Overweight or Obesity: An Evidence Analysis Center Systematic Review and Meta-Analysis. Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics.
  4. O’Connor, E. A., Evans, C. V., Burda, B. U., Walsh, E. S., Eder, M., & Lozano, P. (2017). Screening for obesity and intervention for weight management in children and adolescents: evidence report and systematic review for the US Preventive Services Task Force. JAMA, 317(23), 2427-2444.
  5. Razaz, J. M., Rahmani, J., Varkaneh, H. K., Thompson, J., Clark, C., & Abdulazeem, H. M. (2019). The health effects of medical nutrition therapy by dietitians in patients with diabetes: A systematic review and meta-analysis: Nutrition therapy and diabetes. Primary care diabetes, 13(5), 399-408.
  6. Chang, A. R., Gummo, L., Yule, C., Bonaparte, H., Collins, C., Naylor, A., ... & Bailey‐Davis, L. (2022). Effects of a Dietitian‐Led, Telehealth Lifestyle Intervention on Blood Pressure: Results of a Randomized, Controlled Trial. Journal of the American Heart Association, 11(19), e027213.
  7. Machado, A. M., Guimarães, N. S., Bocardi, V. B., da Silva, T. P. R., do Carmo, A. S., de Menezes, M. C., & Duarte, C. K. (2022). Understanding weight regain after a nutritional weight loss intervention: Systematic review and meta-analysis. Clinical nutrition ESPEN, 49, 138-153.
  8. Chapman, K. (2010). Can people make healthy changes to their diet and maintain them in the long term? A review of the evidence. Appetite, 54(3), 433-441.
  9. Lanza, E., Schtzkin, A., Daston, C., Corle, D., Freedman, L., Ballard-Barbash, R., et al. (2001). Implementation of a 4-y, high-fiber, high-fruit-and-vegetable, low-fat dietary intervention: results of dietary changes in the Polyp Prevention Trial. American Journal of Clinical Nutrition, 74, 387–401.
Nutritionniste - Diététiste