Blog

Finis ton assiette sinon tu n’auras pas de dessert !

08.05.2019

Est-ce une phrase que vos parents vous ont souvent répétée? La dites-vous aussi à vos enfants? En consultation, 9 clients sur 10 me disent terminer systématiquement leur assiette à chaque repas. Si c’est aussi votre cas, rassurez-vous, vous n’êtes pas les seuls. Cela provient du fait que plusieurs parents obligent leurs enfants à terminer l’assiette pour ne pas gaspiller ou bien parce qu’ils veulent que leurs enfants mangent tous les légumes dans l’assiette. Inconscients de l’impact que cela peut amener à long terme, beaucoup d’enfants grandissent donc avec l’idée qu’il faut terminer notre assiette.

Avec le temps, si l’on conserve cette façon de faire, la quantité que l’on doit manger est alors déterminée par un repère visuel, c’est-à-dire notre assiette. Toutefois, il est difficile de prédire à la bouchée près combien de nourriture vous aurez besoin pour être rassasié. La quantité nécessaire varie en fonction de votre dépense énergétique dans la journée (si vous avez bougé plus, vous aurez besoin de davantage de nourriture pour combler vos besoins) et de la densité énergétique des aliments dans votre assiette (par exemple : si vous mangez une salade, vous pouvez en manger un grand volume avant d’être rassasié alors que pour d’autres aliments une petite quantité suffira). On ne peut donc pas si fier uniquement au volume de notre assiette pour déterminer la quantité nécessaire pour combler notre faim. La seule façon de savoir combien notre corps a besoin est d’écouter les signaux qu’il nous envoie au fur et mesure que l’on mange.

Voici quelques raisons pour lesquelles il est préférable de ne pas utiliser le repère de l’assiette pour déterminer quand arrêter de manger (même si vous vous servez de petites portions ! ).

1. Perte de l’habileté à reconnaître la satiété

Il peut paraître étonnant que votre enfant ne termine pas son gâteau d’anniversaire ou qu’il vous mentionne ne plus avoir faim alors que vous lui avez servi son repas favori! Pourtant, cela est tout à fait normal puisque les enfants arrivent facilement à reconnaître la satiété.

Les adultes qui ont été habitués à terminer leur assiette peuvent toutefois avoir perdu cette habileté à percevoir les différents messages envoyés par le corps pour nous amener à arrêter de manger. On en vient alors, peu à peu, à ne plus trop se poser de questions et à manger tout ce qui se trouve dans l’assiette, peu importe la portion dans l’assiette.

2. Maintien du poids plus difficile

Si vous êtes rassasié et qu’il ne reste que 2 bouchées, cela peut paraître anodin de ne pas terminer son assiette. Cependant, si vous faites le calcul (2 bouchées x 3 repas/jour x 7 jours/semaine x 52 semaines/année), cela peut représenter de 10 à 15 livres à la fin de l’année. De plus, si on a l’habitude de terminer l’assiette, il peut être plus difficile de s’arrêter lorsqu’on nous sert de grosses portions, comme c’est souvent le cas au restaurant ou lors d’un souper chez des amis. Durant une année, ces occasions se multiplient souvent et peuvent donc contribuer à un gain de poids progressif sans que vous n’ayez fait de changements dans vos habitudes alimentaires.

3. Ambiance conflictuelle aux repas

En forçant votre enfant à terminer son assiette, il peut s’installer peu à peu une ambiance conflictuelle aux repas, ce qui nuit à la qualité des moments en famille.

Si votre enfant n’aime pas un aliment et que vous le forcez à manger ce dernier, cela peut diminuer le plaisir de l’enfant envers la nourriture et même générer de l’anxiété face aux repas.

Le dessert ne devrait pas non plus constituer une récompense. Permettez à votre enfant de prendre du dessert même s’il n’a pas terminé son assiette.

Si votre enfant n’a pas faim pour l’assiette en entier mais qu’il doit la terminer pour avoir droit au dessert, il risque alors de dépasser sa satiété fréquemment et à long terme ne plus reconnaître le signal de la satiété. Si votre enfant est sélectif ou a plusieurs aversions, je vous invite à consulter nos précédents articles sur le sujet (liens à la fin de ce texte) pour vous aider à trouver une stratégie.

Quelques trucs

Si vous êtes de ceux qui ne reconnaissent plus les signaux de leur corps, il est possible d’apprendre à les redécouvrir. Voici quelques conseils pour mieux reconnaître votre satiété :

  • N’attendez pas que la faim soit trop grande et que vous soyez affamés. Répondez à votre faim lorsqu’elle est normale.
  • Mangez lentement et en pleine conscience (sans distraction ni écran). Vous ressentirez mieux la satiété s’installer peu à peu.
  • Faites une pause à la moitié puis aux trois quarts du repas et questionnez-vous : ai-je encore faim? · Servez-vous de plus petites portions. Vous pourrez ensuite réévaluer si la portion était suffisante ou si vous avez besoin de plus.
  • Vous n’aimez pas gaspiller? Gardez les restants pour le lendemain.
  • Et s’il ne reste que 2 bouchées (trop peu pour un restant)? Si vous les mangez alors que vous n’avez plus faim, c’est aussi du gaspillage. Il est alors préférable de les jeter car votre corps ne devrait pas remplacer la poubelle.

N’hésitez pas à consulter une nutritionniste pour vous guider et vous aider à mieux reconnaître votre satiété.

Articles connexes :
https://equipenutrition.ca/fr/blog-nutritionniste/occupez-vous-de-la-qua...
https://equipenutrition.ca/fr/blog-nutritionniste/la-neophobie-alimentai...
https://equipenutrition.ca/fr/blog-nutritionniste/10-trucs-pour-que-vos-...
https://equipenutrition.ca/fr/blog-nutritionniste/faim-et-satiete-ecoute...

Contacter nos nutritionnistes - diététistes, c'est la première étape vers la réussite de vos objectifs. 

Nous joindre