Blog

5 mythes à démentir à propos des produits laitiers

08.16.2019

5 mythes à démentir à propos des produits laitiers

On entend toutes sortes de mythes à propos des produits laitiers. Qu’en est-il vraiment?

1. Le yogourt est bourré de sucre, même le yogourt naturel en contient

Les produits laitiers contiennent un sucre naturel qui goûte moins sucré, le lactose! Ce sucre n’a pas du tout le même effet sur l’insuline que le sucre blanc.

En plus, les produits laitiers contiennent des protéines, ce qui ralenti l’absorption du sucre.En bref, le lactose ne cause pas de pic d’insuline comme les autres sucres.

En examinant l'étiquette d'un pot de yogourt, on remarque autour de 25 g de sucre par portion de 175 g d'un yogourt aromatisé et environ 10 g pour la même portion de yogourt nature. La différence de 15 g est due aux autres ingrédients ajoutés pour leur saveur : essentiellement des fruits et du sucre. Est-ce que de mettre du sirop d’érable dans notre yogourt nature est une meilleure option? Tout dépend de la quantité ajoutée.

Si vous êtes comme moi, que vous adorez le goût de l’érable et qu’une demi-cuillère de sirop pour un 100 g de yogourt vous semble très peu, essayez l’essence d’érable! Une belle façon d’intensifier la saveur sans ajouter plus de sucre!

2. Les producteurs laitiers influencent le gouvernement et les nutritionnistes pour faire la promotion de leurs produits

Cette critique qui résonne au travers le pays depuis plusieurs années a été écoutée. Le nouveau Guide alimentaire canadien a éliminé l’influence des lobbys en ne tenant compte que des études scientifiques non biaisées. Un pas dans la bonne direction!

De l’autre côté, les nutritionnistes sont tenues de baser leurs conseils sur des preuves de la science et non sur des opinions personnelles ou des cas isolés. Elles ont une formation universitaire durant laquelle elles sont habilitées à déchiffrer les publications scientifiques, qui sont déformées même parfois par les médias qui proclament offrir l’information juste.

En sachant retracer le financement des études, analyser la fiabilité de la méthodologie utilisée, juger de la pertinence des quantités testées, ces professionnels de la santé sont bien placés pour traiter les informations sortant des magazines scientifiques.

Grâce à leurs connaissances sur la santé et l’alimentation, les nutritionnistes sont en mesure de donner des recommandations personnalisées et basées sur la science.

3. Les adultes humains ne sont pas adaptés pour boire du lait

On clame souvent ceci en faisant référence à la capacité de digérer le lactose une fois adulte. Alors que la majorité de la population africaine, asiatique et du Moyen-Orient ont perdu la faculté de digérer le lactose, la majorité de la population de l’Europe du Nord et de l’Amérique continuent de produire l’enzyme nécessaire à sa digestion, le lactase. L’enzyme permet de dégrader le lactose et de l’absorber. Cela dépend d’une personne à l’autre, donc mangez ce qui vous fait du bien!

4. Si on est intolérant au lactose, on devrait éviter tous les produits laitiers

Les symptômes typiques d’une intolérance apparaissent 30 à 120 minutes après un repas contenant du lactose; ballonnements, gaz, inconfort et urgence d’aller à la toilette apparaissent.

Sachez que la tolérance change d’une personne à l’autre. D’ailleurs, plusieurs avec une intolérance au lactose n’ont pas de problèmes à digérer les fromages fermes, entre-autres.

À noter que le stress émotionnel affecte la digestion d’une manière similaire…

5. Le lait est pro-inflammatoire

La science a de fortes preuves que le lait ne fait pas hausser les marqueurs inflammatoires dans notre système. En fait, les produits laitiers sont carrément anti-inflammatoires!

Premièrement, le lactose résiduel (qui n’est pas digéré précédemment) est un des carburants préférés des bonnes bactéries intestinales qui jouent un rôle majeur dans notre immunité.

Deuxièmement, la fermentation du yogourt, kéfir et de tous les fromages est possible grâce aux probiotiques qu’ils contiennent. Une excellente et délicieuse façon de s’assurer que l’équilibre de notre microbiote est maintenu!

Cela dit, nous rappelons qu’aucun aliment n’est essentiel à la santé et que, si vous avez éliminé certains ou plusieurs produits laitiers de votre alimentation, il est tout à fait possible de bien en vivre en complétant avec d’autres sources de protéines, de calcium, de vitamine D, de potassium et de probiotiques, entre autres.

Si vous souhaitez vous distancer de l’industrie laitière et de l’élevage animal en général, notre mode d’emploi pour une transition réussie vers le végétarisme pourra certainement vous intéresser. 

Contacter nos nutritionnistes - diététistes, c'est la première étape vers la réussite de vos objectifs. 

Nous joindre